Estrategias

CIPC » Eventos » La institución policial frente a las actas de acusación del Estado

La institución policial frente a las actas de acusación del Estado

Mini-conferencia del CIPC / 21 de mayo 2010, Montreal (Canada)

Por: Anaïk Purenne, Anne Wuilleumier

 

**Presentación en francès** 

 

RÉSUMÉ
 
A partir de l’exemple français, le propos de cette discussion est de comprendre comment l’émergence d’une préoccupation collective nouvelle à l’égard de la violence d’Etat (pratiques de profilage ethnique, usage des gardes à vue, etc.) peut entrainer un renouvellement des institutions.
A travers plusieurs exemples tirés de leurs travaux, les deux chercheures démontrent que le recours arbitraire à la force des policiers et les facteurs de subjectivité sont perçus de plus en plus comme  étant illégitimes ou inefficaces. De ce fait, la mise en place de dispositifs (crime mapping, crime analysis, caméras de surveillance, etc.) qui favorisent une connaissance « objective » des problèmes tend à se développer.
Ainsi, la question se pose de savoir dans quelle mesure l’utilisation de ces nouvelles technologies de traitement de l’information par les services policiers peuvent ou non aider à redonner confiance dans les institutions publiques dont les modes d’action traditionnels se trouvent remis en question.

BIOGRAPHIE DES INTERVENANTS
 
Anaïk Purenne est docteure en sociologie de l’Ecole Normale Supérieure Cachan. Elle est chargée de recherches à l’Université de Lyon (ENTPE / CNRS, UMR 5600, Environnement, Ville, Société). Ses thèmes de recherche actuels concernent les politiques de sécurité, les réformes des institutions policières et les « surveillance studies ».
 
Anne Wuilleumier est docteure en science politique de l'université Paris I, Anne Wuilleumier travaille comme chargée de recherche à l'INHESJ depuis 2001. Formée en sociologie de l'Etat, elle a réalisé plusieurs enquêtes de terrain portant sur les politiques policières françaises en particulier dans le domaine de l'action judiciaire. Elle a été rédactrice en chef des Cahiers de la Sécurité Intérieure pendant trois ans entre 2001 et 2004.
 
 
Cette rencontre-échange a été organisé en partenariat avec le Centre international de criminologie comparée