Événement

CIPC » Événements » L’institution policière face aux mises en accusation de la violence de l’état : vers un renouvellement des modes d’actions policières

L’institution policière face aux mises en accusation de la violence de l’état : vers un renouvellement des modes d’actions policières

Déjeuner-causerie du CIPC / 21 mai 2010, Montréal (Canada)

Auteur(s) : Anaïk Purenne, Anne Wuilleumier

 

 

 

Résumé :
 
Anaïk Purenne et Anne Wuilleumier ont présenté au CIPC leur recherche sur les modes d’actions policières. À travers plusieurs exemples tirés de leurs travaux, les deux chercheures ont démontré que le recours arbitraire à la force des policiers et les facteurs de subjectivité étaient perçus de plus en plus comme  étant illégitimes ou inefficaces. De ce fait, la mise en place de dispositifs (crime mapping, crime analysis, caméras de surveillance, etc.) qui favorisent une connaissance « objective » des problèmes tend à se développer.

 

Intervenants :
 
Anaïk PURENNE est docteure en sociologie de l’Ecole Normale Supérieure Cachan. Elle est chargée de recherches à l’Université de Lyon (ENTPE / CNRS, UMR 5600, Environnement, Ville, Société). Ses thèmes de recherche actuels concernent les politiques de sécurité, les réformes des institutions policières et les « surveillance studies ».
 
Anne WUILLEUMIER est docteure en science politique de l'université Paris I, Anne Wuilleumier travaille comme chargée de recherche à l'INHESJ depuis 2001. Formée en sociologie de l'Etat, elle a réalisé plusieurs enquêtes de terrain portant sur les politiques policières françaises en particulier dans le domaine de l'action judiciaire. Elle a été rédactrice en chef des Cahiers de la Sécurité Intérieure pendant trois ans entre 2001 et 2004.
 
Cette rencontre-échange a été organisé en partenariat avec le Centre international de criminologie comparée (CICC)