Rapport

CIPC » Publications » Rapports » Coup d'œil sur le 4e Rapport international du CIPC - quelques faits saillants sur la traite humaine

Coup d'œil sur le 4e Rapport international du CIPC - quelques faits saillants sur la traite humaine

Auteur(s) : CIPC

Traite humaine : un cout minimum pour les trafiquants, un cout énorme pour les victimes et les pays.  

La traite des personnes génère des milliards de dollars de profits pour les trafiquants dans le monde entier. On estime que dans les dix prochaines années, celle-ci surpassera le trafic de drogues et d'armes en termes de coût pour le bien-être humain et de rentabilité des criminels. À la différence des autres types de trafic où le crime, les sanctions et les victimes sont clairement définis, la traite humaine pose plusieurs problèmes qui diminuent au minimum les coûts économiques et sociaux pour les trafiquants.

Le premier problème est l’éventuel consentement initial des victimes, ou de leurs familles, pour migrer, ce qui empêche, dans certains cas, de les cataloguer en tant que victimes, malgré l’exploitation dont elles sont l’objet pendant le trajet et à destination.

Le deuxième problème est la définition même de la traite humaine, par exemple celle du protocole de Palerme, qui demeure encore, pour certains, très imprécise.

Le troisième problème se situe au niveau de l’absence d’une législation appropriée, comme dans plusieurs pays d’Afrique par exemple, ou encore la non ratification et mise en place des protocoles contre celle-ci . Le trafic humain débute donc souvent dans les pays où le recrutement est assez facile.
 
Finalement, il existe aussi une demande importante dans les pays de destination, notamment par la prostitution, où les trafiquants gagnent entre cinq et vingt fois les coûts de recrutement des victimes. Tout ceci fait en sorte que la traite humaine est une affaire très lucrative qui n’est pas traduite en condamnations. On peut le constater lorsqu’on étudie la proportion des persécutions et des condamnations versus le nombre estimé de victimes.
 
Plus d’information est disponible dans notre 4e Rapport International

Dix articles que vous ne pouvez pas manquer concernant la traite humaine

Bettio, F., & Nandi, T. K. (2010). Evidence on women trafficked for sexual exploitation: A rights based analysis. European Journal of Law and Economics, 29(1), 15–42.

Friebel, G., & Guriev, S. (2012). Human smuggling (Working Paper No. 6350). IZA. Consulté à l’adresse http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=2010945

Group of Experts on Action against Trafficking in Human Beings (2013). 3rd General Report on GRETA’s Activities. Strasbourg: Council of Europe.

Huijsmans, R., & Baker, S. (2012). Child Trafficking:‘Worst Form’of Child Labour, or Worst Approach to Young Migrants? Development and Change, 43(4), 919–946.

Munro, V. E. (2006). Stopping traffic? A comparative study of responses to trafficking in women for prostitution. British Journal of Criminology, 46(2), 318-333.

OSCE (2010). Analysing the Business Model of Trafficking in Human Beings to Better Prevent the Crime. Vienna: OSCE.

Rao, S. & Presenti C. (2012). Understanding human trafficking origin: A cross-country empirical analysis. Feminist Economics, 18(2), 231-263.

Schauer, E. J., & Wheaton, E. M. (2006). Sex Trafficking Into The United States: A Literature Review. Criminal Justice Review, 31(2), 146 169. doi:10.1177/0734016806290136

Siegel, D., & de Blank, S. (2010). Women who traffic women: the role of women in human trafficking networks – Dutch cases. Global Crime, 11(4), 436 447.

Wheaton, E. M., Schauer, E. J., & Galli, T. V. (2010). Economics of human trafficking. International Migration, 48(4), 114–141